Sprays et diffuseurs aux huiles essentielles : ils peuvent être dangereux chez les enfants

Publié le 11 juillet 2020 sur www.topsante.com

huile essentielle

L’Anses tire la sonnette d’alarme vis-à-vis des sprays et diffuseurs aux huiles essentielles qui peuvent être responsables d’intoxications graves. Les recommandations.

Les sprays et diffuseurs aux huiles essentielles se multiplient dans les supermarchés et les magasins spécialisés : mis en avant pour leurs vertus « assainissantes », « épuratrices » ou encore « purificatrices », ces produits jouent sur l’argument « naturel » pour rassurer les consommateurs.

Selon une récente publication de l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail), les sprays et diffuseurs aux huiles essentielles pourraient toutefois se révéler dangereux pour la santé.

Les experts ont analysé 4114 incidents liés à ces produits survenus en France et enregistrés par les Centres antipoison entre le mois de janvier 2011 et le mois de mars 2019. Première information : les sprays et diffuseurs aux huiles essentielles représentent surtout un danger pour les enfants autour de l’âge de 5 ans (48,5 % des cas recensés).

Sur les 4114 incidents recensés, 1387 intoxications étaient de gravité faible, 37 de gravité moyenne et 8 de gravité forte. Il s’agissait principalement d’expositions aux huiles essentielles par voie orale ou buccale (48,2 % des cas), par voie oculaire (34,5 %), par voie cutanée (17,3 %) et par voie respiratoire (11,5 %).

Les huiles essentielles ne doivent pas être employées à la légère !

Les principaux symptômes de ces intoxications aux huiles essentielles étaient des atteintes digestives (nausées, vomissements…), des atteintes oculaires (irritations des yeux…) et/ou des atteintes cutanées (rougeurs, éruptions sur la peau…). Les experts notent que, parmi les 8 cas les plus graves, 3 étaient survenus « dans des conditions normales d’utilisation, c’est-à-dire telles que recommandées par le fabricant« …

Quelles sont les recommandations des spécialistes ? Primo, la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) explique que « les produits riches en phénols ou en cétones, substances irritantes pour les voies respiratoires, sont inadaptés à la diffusion ou à l’inhalation » – cela concerne en particulier les huiles essentielles de cannelle de Ceylan, d’estragon, de clou de girofle, de thym à thymol, d’eucalyptus mentholé, de sauge officinale, de thuya, d’armoise et de menthe poivrée.

Deuzio, l’Anses souligne que « au même titre que les produits détergents ou les médicaments, les sprays ou diffuseurs ainsi que les flacons à base d’huiles essentielles doivent rester hors de portée des jeunes enfants« . En outre, en cas de pathologie respiratoire ou chronique (épilepsie, BPCO, asthme, allergie respiratoire…), un avis médical est nécessaire avant d’utiliser un spray ou un diffuseur d’huiles essentielles. Enfin, les autorités sanitaires soulignent qu’il est nécessaire d’aérer régulièrement son logement – même en plein hiver…

Source :  Anses

Posted in Huiles essentielles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
23 + 11 =